A l’heure où les déséquilibres financiers (dettes et politique monétaire de la BCE) montent au sein de la zone euro, le constat est intéressant : entre décembre 1998 et aujourd’hui, le cours du Napoléon n’a presque pas changé. Le chiffre est resté autour de 300. Mais la devise, elle, a changé…