Face à l’incertitude économique résultant de la crise du coronavirus, de nombreux analystes, investisseurs ou autres spécialistes ont formulé des recommandations positives sur le métal jaune, et revu à la hausse leur prévisions. Nous en avons déjà cité quelques-uns dans l’univers des fonds spéculatifs, ou des banques d’investissement. La liste s’allonge. Wells Fargo, la quatrième banque américaine par ses actifs, a relevé sa prévision de cours à la fin de l’année, et la place désormais dans une fourchette de 1800 à 1900 dollars. Pictet, la banque privée genevoise qui conseille une clientèle fortunée, adopte une vue favorable pour le métal jaune, même si des corrections restent possibles. Comme beaucoup d’autres, la banque genevoise anticipe une demande financière soutenue en raison des caractéristiques intrinsèques de l’or : pas de risque de défaut et une réserve de valeur efficace, en particulier en période d’inflation. Qui sera le suivant ?